Acouphène somatosensoriels, tout savoir pour les prévenir !

Les pathologies pouvant toucher les individus sont bien nombreuses. Certaines constituent un réel handicap au quotidien, les acouphènes en font partie. En effet, ce mal a diverses origines et bien qu’il soit le plus souvent dû à une défaillance du système auditif, il se peut que d’autres soucis de santé soient en cause, provoquant ainsi ce que l'on appelle des "acouphènes somatosensoriels". Nous vous apportons ci-dessous quelques éléments de réponses pour mieux comprendre ce trouble. 

Présentation des acouphènes somatosensoriels

Avant d’en arriver aux acouphènes somatosensoriels, il faut d'abord savoir ce qu’est un acouphène. Il s’agit d’une perception d’un son en l’absence d'une quelconque source sonore externe et objective. En effet, ce trouble est le plus souvent associé à une atteinte du système de l’audition en perturbant dans certains cas le fonctionnement physique mais aussi émotionnel des sujets atteints.

acouphenes somatosensoriels

En effet, ce trouble handicapant peut se manifester sous forme de sifflements, de bourdonnements, de bruits divers et, dans des cas beaucoup plus rares, d'hallucinations musicales. En outre, les causes de ce trouble peuvent être multiples :

  • Neurologiques ;

  • Otologiques ;

  • Pharmacologiques ;

  • Métaboliques ;

  • Vasculaires ;

  • Psychologiques ;

  • Musculosquelettiques.

Qu’en est-il des acouphènes somatosensoriels ?

Il faut savoir que les acouphènes somatosensoriels sont spécifiques et se distinguent des autres types d'acouphènes par le fait qu’ils sont liés à une atteinte située au niveau de la tête ou du cou, autrement dit, au niveau du système somatosensoriel et non du système auditif (l’oreille interne ).

Cela dit, il n’y a pas encore de consensus quant à la définition exacte de ces acouphènes somatosensoriels. Ce qui est convenu, c’est qu’ils tirent leur origine :

  • D’un traumatisme à la tête ou bien au cou ;

  • Des manipulations dentaires ou encore cervicales ;

  • D'une douleur chronique inconnue.

Ils vont donc moduler les interactions neurologiques entre les systèmes auditif et somatosensoriel produisant les acouphènes. En outre, il est inutile de préciser que la signature physiologique de cet acouphène se caractérise par une augmentation de l'activité neurale spontanée qui est également appelée hyperactivité dans le système auditif central. De plus, même si le nerf auditif représente l'afférence essentielle au NCD, il en existe aussi d’autres qui proviennent des voies somatosensorielles comme la voie trigéminale qui innerve le visage ainsi que la mâchoire et les structures orales avec également la voie de la colonne dorsale qui innerve l'arrière de la tête mais aussi les pavillons avec le cou et les membres supérieurs. 

En clair, en tant qu'afférences excitatrices somatosensorielles, les blessures qui surviennent au cou ou à la tête peuvent affecter la voie auditive en conduisant à des acouphènes ou encore à une modulation de son intensité.

Différents types d'acouphènes 

Il existe 2 sortes d'acouphènes auxquels les sujets atteints par ce trouble sont exposés. D'une part, les acouphènes objectifs qui ne sont pas les plus fréquents, correspondant aux bruits émis par des organes internes du corps, parfaitement audibles par de tierces personnes. D'autre part, les acouphènes subjectifs qui sont d’ailleurs les plus répandus, touchant un grand nombre de personnes. Ces derniers sont souvent associés à la présence de certaines pathologies liées à l'oreille. Les tierces personnes ne peuvent pas, dans ce cas, les entendre.

Quels sont les symptômes liés aux acouphènes somatosensoriels ?

Les sujets touchés par des acouphènes ne décrivent pas les symptômes de la même manière puisqu’ils sont perçus différemment d'un sujet à un autre, que ce soit dans la tête ou dans les oreilles. 

acouphenes somatosensoriels

Toutefois, les manifestations les plus courantes sont :

  • Des tintements ou des bourdonnements ;

  • Des craquements, des alarmes ;

  • Des sifflements ou des claquements, etc.

Additivement à cela, il est important de souligner que certains sujets atteints d'acouphènes somatosensoriels entendent des sons aigus ou graves qui surviennent par intermittence. Ils peuvent être, selon les patients, forts ou plus doux. Aussi, la perception peut être dans une seule oreille ou les deux à la fois. En effet, on remarque que les perceptions diffèrent d’une personne à une autre et sont à des intensités variées selon la sensibilité de chacune d’elles.

En outre, 3 façons de percevoir des acouphènes sont possibles en fonction des individus, à savoir : des acouphènes pulsatiles qui sont des sons perçus suivant un rythme régulier suivant le pouls des patients. Il y a également l'acouphène tonal qui est la perception d’un bruit continu à une certaine fréquence bien définie et, enfin, l'acouphène musical qui ressemble à une note de musique ou un air.

Comment traiter les acouphènes somatosensoriels ?

Pour traiter les acouphènes somatosensoriels, il faut commencer par le traitement des symptômes en se focalisant notamment sur les troubles musculo-squelettiques mais aussi les cervicalgies et les spasmes chroniques, en plus des dysfonctions myofasciales assez fréquentes chez les sujets atteints de ce trouble. Il est donc logique qu'une prise en charge de ces maux permettrait l'atténuation des acouphènes ou leur disparition totale.

En outre, les combinaisons de mobilisation avec des exercices s'est avérée un solution efficace pour venir à bout des acouphènes somatosensoriels en améliorant considérablement la qualité de vie des patients, notamment chez les personnes souffrant d'une musculosquelettique dans la région cervicale. En clair, les patients sont traités avec des thérapies manuelles pour les régions  :

  • Crânienne ;

  • Cervicale ;

  • Dorsale ;

  • Temporo-mandibulaire.

Poster un commentaire